mercredi 14 octobre 2015

U.S.A. Primaires Démocrates: Hillary remporte le premier débat

Après deux débats chez les Républicains, les candidats démocrates à la Maison Blanche ont fait leur premier tour de piste le 13 octobre, à Las Vegas. A treize mois du scrutin. Etaient présents, Hillary Clinton, Bernie Sanders, Martin O’Malley, John Chafee et Jim Webb. Face au clan républicain, avec sa ligne de front de onze candidats sur scène à Simi Valley le 18 septembre (quatre autres candidats n’avaient pas été retenus, faute de place),  le club des cinq démocrates faisait petite figure.  D’autant que trois de ces... [Lire la suite]

dimanche 3 mai 2015

2016: La nouvelle génération républicaine à l’assaut de la Maison Blanche

 Où s’arrêtera la liste des candidats républicains à la Maison Blanche ? Fin février 2015, douze candidats avaient signifié leur intention de se présenter. Parmi eux des gouverneurs, des sénateurs, et des personnalités du monde des affaires. Bref un échantillonnage typique pour le parti républicain à vingt mois du scrutin. Mais depuis, cette liste, loin de s’affiner, s’est étendue encore. On est passé de douze candidats « potentiels » à dix-neuf candidats « déclarés ».  Dix-neuf, c’est beaucoup ! Peut-être trop ! Imagine... [Lire la suite]
samedi 7 février 2015

Maison Blanche: La Guerre des Clinton et des Obama,

Deux livres récents, l'un, "la Guerre des Clans", traduit de l'américain,  l'autre, "Bill et Hillary Clinton, le mariage de l'amour et du pouvoir",  signé d'un historien français, reviennent sur la rivalité des deux couples phares de la politique américaine pour les  vingt-cinq dernières années.  En 2011, alors que Barack Obama était à se morfondre dans les profondeurs des sondages et s’interrogeait sur la stratégie à adopter pour assurer sa réélection, il invita Bill Clinton pour une partie de golf. Il... [Lire la suite]
Posté par geraldolivier à 23:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 24 janvier 2015

Etat de l'Union: Obama si fier de lui. Il est bien le seul!

Qui, des républicains ou des démocrates, s’est senti le plus frustré par le discours sur l’Etat de l’Union du président Obama, le 20 janvier ? On peut se poser la question. Les républicains, qui contrôlent désormais les deux chambres du Congrès, ont eu devant eux le même président arrogant, fier, inflexible et impérial, qu’ils ont affronté depuis 2009, avec, en plus, la légèreté d’esprit qui caractérise Obama depuis novembre. Ils savent qu’ils n’ont rien à attendre de lui et il le leur a répété : « toute loi qui proposerait de... [Lire la suite]
lundi 19 janvier 2015

U.S.A. 2016: Lève toi et marche, ou le Retour de Romney, le Ressuscité

C’est un retour inattendu et qui en embarrasse plus d’un. Voici que Mitt Romney veut se lancer dans une nouvelle campagne pour la Maison Blanche. La troisième, après 2008 et 2012. Sa décision est « pratiquement acquise » a-t-il confié tout récemment à un groupe d’investisseurs à New York. L’idée déplaît à pas mal de sympathisants du parti républicain. Romney est pour eux la personnification de l’échec. Mais elle semble intéresser les électeurs. Car cette simple annonce d’intentions a catapulté l’ancien gouverneur du Massachusetts... [Lire la suite]
lundi 12 janvier 2015

Marche "Je suis Charlie", l'absence troublante des Etats-Unis

Ce lundi matin l’Amérique s’est réveillée avec un sentiment de « malaise ». Non pas à cause de l’ennui suscité par les Golden Globe Awards… Mais à cause de deux absences qui ont crevé l’écran, la veille dimanche, lors de l’impressionnante marche internationale sur les boulevards parisiens. La première absence était celle d’un haut responsable américain. Ni le président Obama, ni le vice-président Joe Biden, ni le secrétaire d’Etat John Kerry, n’avaient fait le déplacement. Le ministre de la Justice (démissionnaire) Eric Holder... [Lire la suite]

vendredi 26 décembre 2014

Le Joyeux Noël d'Obama: The President is Back! Ou comment passer de zéro à héros, en quatre étapes et deux décrets.

C’est un renversement aussi spectaculaire qu’inattendu! Confronté à une vague républicaine aux élections législatives de novembre, ayant vu les démocrates se faire  laminer aux urnes, tenu à l’écart par nombre d’élus de son propre parti, et parvenu à l’automne de sa présidence, Barack Obama a tout du « canard boiteux ». C’est un président que l’on dit affaibli, marginalisé, déjà sur la touche, ou presque. Or que constate-t-on depuis deux mois ? Obama est hyperactif et prend seul les décisions qu’il n’a pas réussi à obtenir du... [Lire la suite]
Posté par geraldolivier à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 23 décembre 2014

La main tendue d’Obama vers Cuba : Une drôle de leçon pour la démocratie

La folie, disait Einstein, c’est de faire toujours la même chose en espérant que le résultat finisse par être différent. C’est en reprenant cette citation que le président Obama a justifié le brusque retournement de la politique américaine envers Cuba. Sa décision de normaliser les relations avec La Havane est historique. Ne serait-ce que parce qu’elle met fin à un embargo et une approche gelés depuis 1960, soit plus d’un demi-siècle. Mais elle tient surtout à la situation particulière du président Obama : en fin de mandat, et en... [Lire la suite]
jeudi 20 novembre 2014

Politique américaine: L’Obama nouveau est arrivé

    Le président américain Barack Obama a annoncé pour ce soir 20 novembre une communication importante sur l’immigration.   Il a donc choisi le 3e jeudi de novembre, qui coïncide avec la date de commercialisation du Beaujolais Nouveau, pour éprouver sa nouvelle politique et sa nouvelle façon de gouverner.   On s’attend à ce qu’il annonce un décret d’amnistie concernant plusieurs millions d’immigrants. L’équivalent d’une régularisation massive. Une question qui divise les élus et les citoyens américains.... [Lire la suite]
mercredi 5 novembre 2014

Etats-Unis: Obama et les Démocrates submergés par une vague républicaine,

  Au lendemain des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, il est permis de parler de « vague républicaine ». Le « GOP » (Grand Old Party, surnom du parti républicain) était donné favori de ce scrutin. Mais les résultats vont au-delà de ses espérances.   Avec un gain de sept sièges au Sénat (et peut être plus car trois résultats sont encore indécis) les Républicains ont rempli l’essentiel de leur contrat qui était de s’emparer de la Chambre haute du Congrès. Ils contrôlent désormais les deux branches... [Lire la suite]