Le verdict du CPAC est  tombé et pour la troisième année consécutive, Rand Paul l’a emporté.
Traditionnellement les trois jours de conférences et débats du CPAC, la "Conservative Political Action Conference" (qui vient de se tenir près de Washington ces 26, 27 et 28 février)  s’achèvent par un vote des militants sur le candidat qui les a le plus convaincus. C’est un vote blanc purement symbolique (« straw poll » en anglais).

Rand Paul wins CPAC 2015

Ce 28 février 2015 Rand Paul a remporté ce vote avec 26% des voix. Il devance Scott Walker, qui a réuni 21,4% des suffrages, soit trois fois plus que l’an passé. Cela confirme la percée politique opérée par le gouverneur du Wisconsin en vue de la présidentielle de 2016. Ted Cruz termine troisième avec 11% des voix. Jeb Bush n’est que cinquième avec 8% et Chris Christie n’a séduit que 2,5% des conservateurs présents.

Un classement riche d’enseignements qui souligne le défi qui attend une nouvelle fois le candidat républicain en 2016:  à savoir, bénéficier du soutien des militants de base les plus conservateurs tout en étant capable d’aller chercher des voix au centre. Les premiers sont essentiels pour emporter la nomination, les seconds sont nécessaires pour entrer à la Maison Blanche.
Emporter la nomination en misant tout sur l’aile droite du parti est la garantie d’une défaite en novembre. Inversement, être un candidat modéré, peut vous priver des chances de défendre vos idées lors du scrutin présidentiel, car il faut d’abord gagner les primaires pour emporter ce privilège...
C’est une situation sans issue. Une « catch 22 » en anglais.

CPAC 2015 - 3

Dit autrement, ce défi consiste aussi à réconcilier la base des militants, avec l’establishment du parti. Ce que Romney n’avait pas réussi à faire en 2012. Alors même qu’il avait remporté quatre fois le vote du CPAC (2007, 2008, 2009, 2012), il avait fini pas s’aliéner cette base, et au passage passer pour une girouette, en adoptant des vues plus consensuelles à l’approche du scrutin de novembre.
Rand Paul a parfaitement conscience de ce défi. C’est la troisième fois qu’il emporte le vote du CPAC et pour l’instant, même s’il couve des ambitions nationales, il se refuse à en faire un tremplin vers une candidature présidentielle. Son propre père Ron Paul avait gagné à deux reprises ce vote, en 2010 et 2011, sans être capable de rassembler au-delà de cette base. Depuis la création de CPAC en 1973 seuls deux vainqueurs d’un vote blanc sont parvenus jusqu’à la Maison Blanche, Ronald Reagan et George W. Bush. 

cpac 2015 - 4

Mais surtout, le résultat du vote est inquiétant pour Jeb Bush, dont le nom a d’ailleurs été hué par la salle lors de l’annonce des résultats. Il est actuellement en tête des sondages pour la nomination républicaine. Il est le candidat de l’establishment. Il est le candidat « modéré » capable de séduire une majorité d’Américains en novembre 2016. Mais aura-t-il cette chance vu le manque d’enthousiasme des militants conservateurs à son égard… ?

Jeb Bush at CPAC 2015

La seule vraie consolation pour les Républicains réside dans les questions annexes posées lors des débats. Interrogés sur ce qui serait pour eux le thème le plus important de la campagne à venir, les militants ont placé en tête, à trois voix contre une,  l’économie et l’emploi, suivis par la politique étrangère, la sécurité nationale et « obamacare », la réforme de santé du président Obama. Sur ces quatre thèmes une majorité d’Américains considère que les Républicains sont capables de faire mieux que les Démocrates.
Ce qui explique d’ailleurs pourquoi le parti républicain a largement remporté les élections intermédiaires de novembre 2014. Reste à convertir ces nombreuses petites victoires locales, en une grande victoire nationale.