FDR yves marie Péréon

Il est le président américain qui a le plus marqué le XXe siècle, Franklin Delano Roosevlet, "FDR". D'abord parce qu'il occupa la Maison Blanche plus longtemps que n'importe quel autre président - treize ans. Ensuite parce qu'il exerça ses mandats à une période particulièrement difficile, les années trente et quarante, celles de la Grande Depression et de la Seconde Guerre Mondiale. Enfin parce qu'il fit tout cela en dépit d'une polio qu'il contracta en 1921, le privant de l'usage de ses jambes, ce qu'il parvint à cacher au public américain. 

FDR New Deal

 Il est aussi le président le plus controversé de toute l'histoire américaine. Parce qu'il est l'homme du New Deal, celui qui a tenté de résoudre la "grande dépression" par un interventionnisme d'Etat tous azimuts, par des programmes de grands travaux financés par l'emprunt, et par une législation sociale inédite, accordant à la fois des droits à la retraite, aux congés payés, et faisant des syndicats des partenaires sociaux légitimes et reconnus. Les démocrates le considèrent donc comme leur père à tous, et l'architecte d'une organisation sociale toujours en place. Organisation qui au passage, leur a valu une mainmise quasi ininterrompue de trente-six ans sur la Maison Blanche et la politique américaine. Pour les Républicains, par contre, il est la personnification même de ce contre quoi avaient mis en garde les Pères Fondateurs, un homme épris du pouvoir au point de le monopoliser et de radicalement changer le pays, menaçant ses bases démocratiques.

C'est cette dualité que ses critqiues dénoncent. Grand Tribun, FDR a manifesté les mêmes  tendances populistes que certains de ses contemporains. Il pouvait à la fois sembler très proche du peuple, inventant les "fireside chats", des conversations radiophoniques hebdomadaires données depuis la Maison Blanche que les électeurs pouvaient écouter "au coin du feu". Et cherchant en même temps à museler la Cour Suprême de façon autoritaire quand celle ci, garante des institutions, contrecarrait sa politique.   

FDR Radilo chat
Avec le temps les présidences de Roosevelt ont été "politisées". Vue sous un jour strictement idéologique, qui veut que les Américains attachés à une économie libérale lui reprochent d'avoir aggravé la crise au lieu de l'avoir résolue, quand les Américains "sociaux-libéraux" louent, au contraire, son esprit visionnaire.

Il demeure qu'après sa mort ce qui était une simple tradition sera inscrit noir sur blanc dans la Constitution. La limitation des mandats présidentiels à deux était jusqu'alors une simple habitude. Avec le  22e amendement, voté en 1947 et ratifié en 1951, elle deviendra loi. Plus personne ne pourra  se présenter et être élu quatre fois, comme il le fit.

FDR yalta
Il demeure aussi qu'en politique étrangère, FDR aura montré des limites très américaines à sa vision du monde. Isolé de l'Europe il ignorera la montée du nazisme dans les années trente, de même qu'il sous-estimera la menace stalinienne juste après la guerre, contribuant à précipiter le monde dans la Guerre Froide.


Franklin D. Roosevelt, Yves-Marie Péréon, éditions Tallandier, 576 pages, 27 euros.